Votre panier est vide  Votre compte

Années 60

Salons vintage

 

Voyage dans le temps à travers une sélection de photos vintage sur le thème des salons, des années 50 à 70. Pour le plaisir de voir des pièces que l’on chine aujourd’hui dans leur contexte d’origine, et pour s’étonner aussi de la déco délirante que l’on n’hésitait pas à mettre en place à cette époque !

 

625bb2a2b1ef30ef77f0b85d6d3fb3fc 1

Flicker.com

 

1 - Wouaouh ! les salons encastrés !

Complètement désuets aujourd’hui, un must dans les années 60-70 !

 

7e815e858295fc2dd951a2c07fcc6ad7Flicker.com

 

Tumblr mnkjmxajiw1rpqdi8o1 500Solo-Vintage

 

Tumblr lqz1bwx6jk1qmc1edo1 1280

Fox&Thomas

 

2- On bave devant...

 

... ces fauteuils et l'applique 50's :

Ea1499821205f5f68d7db27bf50fd006

Flicker.com

 

... ces étagères années 50 façon clostrat :

B7a5d047df6d38b42ecdfe79468c3875

Flicker.com

 

... les fauteuils design années 60 :

3bf9a339afb07e6292737e8bbd858d5d

Remarkably Retro

 

... cette suspension en plexi :

8110f70e96b8d1780bd30b7863e7b183

Superseventies

 

... ce salon type scandinave :

Tumblr mr4qm391rz1r9qhhio1 1280

Roger Wilkerson

 

3 - Attention les yeux !

 

Sans titre 35

Solo-Vintage et Ismoyo's Vintage Playgroud

 

E97f1823c3ec449ac3d78ef857e6463f

Flicker.com

 

Sans titre 36

Remarkably Retro et Solo-Vintage

 

4 - Back to the future

 

Eb358a8b8ef6f7521ac62072d729e3b7

Flicker.com

 

8a7e81896857a4ea1e96ef1f79b5f2d32fac5c25 m

The Selvedge Yard

 

579513413 859df7b0c3 o

The Selvedge Yard

 

 

Monsieur dans sa maison ou L’art de vivre en 1967 - La fin !

 

Monsieur dans sa maison (Hatier, 1967), suite et fin.

Vous savez maintenant comment ranger votre chambre, vous nourir quand madame n'est pas là, préparer du café. La vaisselle n'a dorénavant plus aucun secret pour vous. Terminons avec quelques règles de savoir-vivre. Monsieur, vous allez être un parfait gentleman !

 

I729

 
« La toilette

« Évoluer à deux dans une salle d’eau, c’est une grande affaire et l’un des tests-clés de la politesse. Sauf imprévu, pratiquez le “chacun son tour”. Le laisser-aller ablutions est à proscrire impérativement. Respectez l’usage exclusif des brosses à dents, mains-éponge, serviettes de toilette, peignes, brosses à cheveux.

« Si vous vous coupez en vous rasant, pestez, mais n’en laissez pas de traces : le sang d’une estafilade n’attendrit pas ; il salit, donc il agace. Ne laissez jamais, derrière vous, rien de ce que vous n’aimeriez pas trouver vous-même dans la salle de bains […].

 

I32

 

« Petit déjeuner

« Même si vous le prenez tout seul, un soupçon de cérémonial ne messied pas ; mettez au moins une soucoupe sous votre tasse, ne faites pas gicler la casserole de tous les côtés, ne laissez pas tout un jardin de miettes.

« Vous êtes deux. Votre femme, attentive, s’empresse ; ne vous laissez pas servir comme un pacha [ah ! ouf !] […]. Pourquoi ne feriez-vous pas le café [vous savez le faire en plus maintenant !] ? […] Si vous êtes obligé de vous lever de table précipitamment, ne vous sauvez pas comme s’il y avait le feu et trouvez le temps d’un aimable adieu.

 

660

 

« Savoir vivre à table

« Vous rentrez déjeuner, dîner ; le couvert est mis, le service tarde. Restez serein et, au lieu de bougonner, proposez votre aide [merci mon chéri !]. […]

« Bruits intempestifs

« Ne vous mouchez pas à table sauf impératif absolu. Vous pressentez l’éternuement ? Combattez-le […]. Essayez également de ne pas tousser. […] Vous êtes pris d’une quinte de toux ou vous vous étranglez ? Au bord de l’asphyxie, demandez, par signe, l’autorisation de sortir de table, et allez agoniser ailleurs.

« Vous recevez… Pas de petits affronts cruels

« Ce repas, votre épouse y a apporté tous ses soins. S’il est raté, vous n’arrangerez rien par des plaisanteries féroces qui la peineront et mettront vos convives mal à l’aise. Ne réclamez pas la scie à métaux pour venir à bout d’un rôti trop ferme, ni une canne à pêche si les petits pois sont noyez. Faites diversion par la boisson et la conversation. Ceci relève d’ailleurs de la politesse du cœur, qui est une règle générale et vous fait vous garder de toute observation en public à votre femme, en quelque domaine que ce soit, toilette, coiffure, bas filé, tache. »

 

I73

 

Je posais la question au début de cette série de billets : les années 60 sont-elles si loin que ça ? Finalement, la réponse est en demi-teinte. Au-delà des positions masculino-centristes propres à cette époque (ce n’est qu’en 1965 que les femmes obtiennent le droit de travailler librement !), si aujourd’hui il nous semble bien désuet de rappeler les règles de bienséance citées ci-dessus, ne serait-il pas utile, justement, parfois, d’en faire le rappel ?

J’en profite pour mettre en avant mon coup de cœur : le blog Popcards factory, source incroyable d’illustrations vintage, des publicités aux extraits de roman-photo des années 60, ça grouille de perles !

 

 

Monsieur dans sa maison ou L’art de vivre en 1967 - La suite !

 

Musique de film d’angoisse, sonnez trompettes : nous sommes au chapitre « Tout seul à la cuisine » de Monsieur dans sa maison, publié chez Hatier en 1967. Après avoir expliqué à monsieur comment ranger sa chambre et laver son linge quand madame n'est pas là (voir billet précédent !), Monsieur dans sa maison s'attaque à la sacro-sainte cuisine.

 

Fantomas

 

« Oserez-vous en franchir la porte ? Faut-il vraiment vous y encourager pour que vous renonciez à vos menus de solitude qui, peut-être, se résument souvent à la simple tranche de jambon, dégustée sur le papier du charcutier ? »

Petite pause si vous me le permettez, je sors mon mouchoir.

Reprenons :

« Êtes-vous, au contraire, cet homme qui, une fois seul à la cuisine, se sent enfin maître à bord et laisse sans vergogne s’accumuler casseroles et vaisselle sales pour réaliser quelque merveilleuse recette masculine [stop ! mais pourquoi masculine ?], dont le petit secret de réussite… sera presque toujours, parions-le, à base d’alcool ? ». Ah…

Petit manuel de la cuisine pratique, donc :

« Trois conseils pour vous en tirer…

« Organisez votre travail : lisez attentivement vos recettes jusqu’au bout […]. Pendant que cuira le plat de résistance, vous préparez le reste du menu.

« Évitez de salir pour n’avoir pas à nettoyer [petit malin !]. Protégez la table par de vieux journaux pour les épluchages, puis, hop ! à la poubelle. Une éponge, une serpillère, un balai, une pelle font partie de la panoplie du parfait maître de cuisine.

« Ne travaillez pas dans l’encombrement… et l’énervement : rangez au fur et à mesure ce qui devient inutile (boîtes, paquets) [comme dans la salle de bain !]. Passez sous le robinet et empilez sur l’évier les ustensiles salis. »

 

Moulinex

 

Suit « Ce que vous devez absolument savoir faire » :

Le thé. Ingrédients : eau, thé.

Le café. Ingrédients : eau, café. Bon, d’accord, là c’est plus difficile, car il faut savoir faire marcher une cafetière.

Cuire un œuf. Coque, plat, dur, mollet, ça se complique !

Cuire un steak. M’enfin…  quand même, les gars !

Cuire des pâtes. No comment.

Focus sur « Que faire avec une tranche de jambon et un œuf » : œufs fourrés, canapés au four, œufs sur le plat au jambon, omelette au jambon, roulade de jambon farci, salade œufs jambon. Mesdames, vous pouvez partir tranquilles, monsieur a son menu de la semaine !

 

I338

 

Je passe sur : « L’art d’utiliser une boîte de sardine », car je suis pressée d’arriver au chapitre « Vaisselle » (re-trompettes).

« Malgré tous vos loyaux efforts pour ne pas trop en salir, vous vous retrouverez toujours, à la cuisine, devant de la vaisselle à laver. Plutôt que de faire comme ce célibataire qui, une fois épuisée sa provision d’assiettes propres, rechercherait la moins sale pour le repas suivant, mieux vaut apprendre à laver la vaisselle et le faire le plus vite possible pour être débarrassé de cette petite corvée. »

Roulement de tambour : cours de vaisselle !

 

I414

 

« Lavez sous le robinet, aussitôt après utilisation, tout ce qui n’est pas gras, du couteau à éplucher au moulin à persil, du verre à la tasse, et posez tous ces objets dans l’égouttoir : ils y sècheront tout seuls ; ou bien essuyez-les vite. […]

« N’oubliez pas de mettre un peu d’eau dans le fond des casseroles ou des plats, surtout si les aliments ont légèrement attaché. [Il arrive que ce soit très attaché, mais on préfère ne pas en parler, trop d’émotion.] […]

« Dès que vous avez une minute, commencez le lavage : beaucoup d’eau chaude, un peu de produit moussant spécial pour la vaisselle, une lavette, une brosse à manche, un petit tampon à récurer, […] et au travail ! »

Commencez par ce qui est le plus sale… N’hésitez pas à changer l’eau… Rincez à l’eau claire… Rangez sur l’égouttoir ce que vous venez de laver… Essuyez avec le bon torchon… Messieurs, à vous !

 

I70

 

Dernier conseil au chapitre cuisine :

« Ventre creux : Ni pour vous, ni pour l’armoire à provisions. Renouvelez au fur et à mesure votre “fonds” : huile, café, légumes secs, riz, nouilles, quelques boîtes de conserve. Des biscottes. Et n’oubliez pas les produits de nettoyage la veille du retour de la maîtresse de céans. »

J'avoue que je me demande comment interpréter ce dernier message : faut-il penser à faire le ménage avant le retour de madame, ou bien faut-il penser à acheter des produits ménagers pour que madame puisse faire le nécessaire dès son retour ?... Chacun l'interprétera comme il le voudra !

Prochain et dernier épisode de Monsieur dans sa maison : un peu de savoir-vivre, que diable !

 

(Source des illustrations : Popcards Factory)

 

 

Monsieur dans sa maison ou L’art de vivre en 1967

 

Une fois n’est pas coutume, ma trouvaille de la semaine n’est ni une lampe, ni un miroir, ni même un service à café vintage… et elle ne sera pas mise en vente ! Mais alors, quel trésor ! Quelle poilade ! Et quel étonnement.

Cette perle, c’est un livre, Monsieur dans sa maison, édité par Hatier en 1967.

 

Monsieur dans sa maison 1967 hatier de collectif 993064991 mlrecadre

 

Introduction : « Monsieur dans sa maison ? mais n’est-ce pas là le domaine de la femme, jalousement gardé, alors que l’homme, lui, donne toute sa mesure dans le cadre de son travail, sur le terrain de sport ou au volant de sa voiture ?... »

Mince alors, j’ai failli tomber de ma chaise.

Dans Monsieur dans sa maison, on apprend plein de choses bien utiles : comment poser un lambris, un papier peint, construire une petite bibliothèque, utiliser sa platine vinyle ; connaître le vin, les fromages, comment les associer ; déclarer ses impôts. D’ailleurs, la partie « Comment reproduire un angle » au chapitre bricolage m’a sauvé la mise.

Mais, ce qui est drôle et étonnant, ce sont les sous-entendus masculino-masculins disséminés çà et là. Je rigole et je suis effarée à la fois. Les années 60, c’est si loin que ça ?

 

Monsieur

Monsieur dans sa maison, Paris, Hatier, 1967, p. 53.

 

Ça démarre fort, avec le premier chapitre, intitulé : « Votre domaine dans la maison ». Allez ouste, féministes, rentrez chez vous :

« Pour sociable que vous soyez, vous caressez comme tout homme – et plus encore à notre époque de grande série – le désir d’un coin personnel, aménagé comme vous l’entendez et où vous pourrez enfin ! ne serait-ce qu’une heure par jour, vivre à votre guise et vous adonner à vos passe-temps favoris [là votre Jules hoche la tête tristement]. Vous avez dû rêver plus d’une fois au plaisir que vous éprouveriez à passer des heures, loin des questions oiseuses et des intempestifs coups de plumeau, en compagnie de vos chers livres, de vos merveilleux petits appareils, de la collection que vous poursuivez avec une amoureuse persévérance d’année en année… »

 

MaSorcièreBienAimée

 

J’adore ! Le chapitre : « Pour vous tirer d’affaire tout seul ».

« Tous les problèmes de l’existence ont leur solution, n’en faites donc pas un monde ! Et pourquoi une main féminine, seule, saurait-elle les résoudre ? Ce n’est pas votre affaire dites-vous… mais, même si vous comptez habituellement sur votre épouse, dont l’absence momentanée vous cause quelque désarroi, ne soyez pas, à l’égard des “choses de la maison”, un usager si lointain que le moindre incident doive se hausser au rang de cataclysme. »

 

I120

 

Ouf, monsieur reconnaît qu’il a quelques défauts, et madame a quand même le droit de prendre des vacances : Monsieur dans sa maison va donner quelques clefs à l’homme délaissé pour lui éviter de se laisser mourir en l’absence de madame. Morceaux choisis (avec appétit !).

 

Comment laver son linge ?

« Dans le lavabo ou la cuvette mettez un peu de poudre de savon (creux de la main) ou de savon en paillettes. Versez de l’eau moyennement chaude […] puis faites mousser avec la main. Plongez le vêtement dedans. » Là-dessus on est d’accord, même en 2015, dur de faire comprendre à son homme le fonctionnement (voire l’existence) de la machine à laver.

 

On poursuit avec comment éviter le désordre :

« Le matin au réveil :

« D’abord défaites le lit pour l’aérer, ouvrez la fenêtre en grand.

« Pendant la toilette :

« Rebouchez tubes et flacons après vous en être servi, suspendez les serviettes de toilette… sur le porte-serviettes. […] Rincez douche, baignoire et lavabo et… si vous avez transformé la pièce en piscine… eh bien ! du courage, la serpillère ou une éponge de ménage répareront le malheur. (À faire immédiatement pour ne pas oublier.)

 

I692

 

« De retour dans la chambre :

« Faites le lit maintenant, cela donne un air “rangé” à la pièce. Suspendez robe de chambre ou pyjama, les vêtements dont vous ne vous servez pas, et mettez vos pantoufles à leur vraie place (pas sous le lit). Coup d’œil général : il faut reporter à la cuisine le plateau du petit déjeuner et en ranger les divers éléments dans leurs placards respectifs, puis laver bol ou tasse (voir vaisselle). »

Finalement, je me demande si je ne vais pas imprimer cette page et la placarder dans toute la maison.

 

La suite très bientôt, avec au programme cours de vaisselle, cuisine et art de recevoir !

 

(Source publicités Electrolux et Une histoire d'hommes : http://popcardsfactory.blogspot.fr/)