Monsieur dans sa maison ou L’art de vivre en 1967

 

Une fois n’est pas coutume, ma trouvaille de la semaine n’est ni une lampe, ni un miroir, ni même un service à café vintage… et elle ne sera pas mise en vente ! Mais alors, quel trésor ! Quelle poilade ! Et quel étonnement.

Cette perle, c’est un livre, Monsieur dans sa maison, édité par Hatier en 1967.

 

Monsieur dans sa maison 1967 hatier de collectif 993064991 mlrecadre

 

Introduction : « Monsieur dans sa maison ? mais n’est-ce pas là le domaine de la femme, jalousement gardé, alors que l’homme, lui, donne toute sa mesure dans le cadre de son travail, sur le terrain de sport ou au volant de sa voiture ?... »

Mince alors, j’ai failli tomber de ma chaise.

Dans Monsieur dans sa maison, on apprend plein de choses bien utiles : comment poser un lambris, un papier peint, construire une petite bibliothèque, utiliser sa platine vinyle ; connaître le vin, les fromages, comment les associer ; déclarer ses impôts. D’ailleurs, la partie « Comment reproduire un angle » au chapitre bricolage m’a sauvé la mise.

Mais, ce qui est drôle et étonnant, ce sont les sous-entendus masculino-masculins disséminés çà et là. Je rigole et je suis effarée à la fois. Les années 60, c’est si loin que ça ?

 

Monsieur

Monsieur dans sa maison, Paris, Hatier, 1967, p. 53.

 

Ça démarre fort, avec le premier chapitre, intitulé : « Votre domaine dans la maison ». Allez ouste, féministes, rentrez chez vous :

« Pour sociable que vous soyez, vous caressez comme tout homme – et plus encore à notre époque de grande série – le désir d’un coin personnel, aménagé comme vous l’entendez et où vous pourrez enfin ! ne serait-ce qu’une heure par jour, vivre à votre guise et vous adonner à vos passe-temps favoris [là votre Jules hoche la tête tristement]. Vous avez dû rêver plus d’une fois au plaisir que vous éprouveriez à passer des heures, loin des questions oiseuses et des intempestifs coups de plumeau, en compagnie de vos chers livres, de vos merveilleux petits appareils, de la collection que vous poursuivez avec une amoureuse persévérance d’année en année… »

 

MaSorcièreBienAimée

 

J’adore ! Le chapitre : « Pour vous tirer d’affaire tout seul ».

« Tous les problèmes de l’existence ont leur solution, n’en faites donc pas un monde ! Et pourquoi une main féminine, seule, saurait-elle les résoudre ? Ce n’est pas votre affaire dites-vous… mais, même si vous comptez habituellement sur votre épouse, dont l’absence momentanée vous cause quelque désarroi, ne soyez pas, à l’égard des “choses de la maison”, un usager si lointain que le moindre incident doive se hausser au rang de cataclysme. »

 

I120

 

Ouf, monsieur reconnaît qu’il a quelques défauts, et madame a quand même le droit de prendre des vacances : Monsieur dans sa maison va donner quelques clefs à l’homme délaissé pour lui éviter de se laisser mourir en l’absence de madame. Morceaux choisis (avec appétit !).

 

Comment laver son linge ?

« Dans le lavabo ou la cuvette mettez un peu de poudre de savon (creux de la main) ou de savon en paillettes. Versez de l’eau moyennement chaude […] puis faites mousser avec la main. Plongez le vêtement dedans. » Là-dessus on est d’accord, même en 2015, dur de faire comprendre à son homme le fonctionnement (voire l’existence) de la machine à laver.

 

On poursuit avec comment éviter le désordre :

« Le matin au réveil :

« D’abord défaites le lit pour l’aérer, ouvrez la fenêtre en grand.

« Pendant la toilette :

« Rebouchez tubes et flacons après vous en être servi, suspendez les serviettes de toilette… sur le porte-serviettes. […] Rincez douche, baignoire et lavabo et… si vous avez transformé la pièce en piscine… eh bien ! du courage, la serpillère ou une éponge de ménage répareront le malheur. (À faire immédiatement pour ne pas oublier.)

 

I692

 

« De retour dans la chambre :

« Faites le lit maintenant, cela donne un air “rangé” à la pièce. Suspendez robe de chambre ou pyjama, les vêtements dont vous ne vous servez pas, et mettez vos pantoufles à leur vraie place (pas sous le lit). Coup d’œil général : il faut reporter à la cuisine le plateau du petit déjeuner et en ranger les divers éléments dans leurs placards respectifs, puis laver bol ou tasse (voir vaisselle). »

Finalement, je me demande si je ne vais pas imprimer cette page et la placarder dans toute la maison.

 

La suite très bientôt, avec au programme cours de vaisselle, cuisine et art de recevoir !

 

(Source publicités Electrolux et Une histoire d'hommes : http://popcardsfactory.blogspot.fr/)

 

 

Années 60 Vintage Art de vivre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau